Pontault-Combault Handball Notre force vient du coeur
Logo PCHB
Billetterie
3 606 899 visiteurs
39 visiteurs actif

PCTSLM77 : SUEURS FROIDES A IVRY !

Date : mercredi 26 octobre 2022

Le sport offre parfois des moments à vivre où les mots ne suffisent plus à exprimer cet état psychique irrationnel provoqué que la sémantique tente de décrire sans quitter le monde du réel.

Et c'est justement un véritable suspense « hitchcockien » qui s'est joué ce samedi au gymnase Auguste Delaune d'Ivry-sur-Seine. De Vertigo à Psychose, en passant par la Mort aux trousses, les spectateurs venus assister à la représentation sont passés par tous les états. C'est avec des contentieux à régler que les joueurs de l'Entente se sont rendus chez le leader de la poule 6 pour un match à lourd enjeu. Les coéquipiers d'Hamidou Sidibé avaient en effet à cœur de rendre la monnaie de leur pièce à ceux qui les avaient défaits en septembre dernier lors de la première journée de championnat.

Le début de séance est équilibré et marqué par un engagement physique impressionnant. Les impacts sont ressentis jusque dans les tribunes et particulièrement ceux des pivots lorsqu’ils s'offrent littéralement pour déchirer le rideau adverse, écarter l’étau et ouvrir la voie à leur base arrière. Dans ce combat, aucune des deux formations n'arrive à distancer l'autre mais les pénalités, en revanche, s'enchaînent. Oumar N’Diaye, exclu à deux reprises dans le premier quart d’heure de jeu, peut en témoigner.

Si la tension est palpable dans les rangs Seine-et-marnais, elle l'est tout autant sur le banc des Rouge-et-noir. C'est d'ailleurs Daniel Martins qui pose le premier temps mort. L'ancien de la sélection 77 semble marqué par l'agacement des siens, incapables de desserrer les tenailles des Grenats, vêtus de blanc pour l'occasion.



Cette coupure impacte le rendement des visiteurs qui commencent à commettre de plus en plus d'erreurs jusqu'à subir une double infériorité numérique à 9-8. Ce qui oblige Michael Durand à stopper à son tour le déroulé du match (12-8 à la 22ème). Les Val-de-marnais surferont sur cette vague favorable pour atteindre la pause avec 4 longueurs d'avance (18-14). Le trou est fait, le moral de la tribune visiteur est en berne et les quelques supporters d’Ivry présents exultent. Mais c’est sans compter sur l’abnégation de leurs invités du jour.

Au retour de l’entracte, l'explication reprend de plus belle. Cette fois, ce sont les "Sept-sept" qui tirent leur épingle du jeu. Ces derniers recollent à 20-19 (37ème) grâce notamment à leur portier en réussite sur les jets de 7 mètres. La courbe émotionnelle des spectateurs grandit au fur et à mesure que leurs protégés comblent leur retard. Après avoir presque perdu espoir, ils retrouvent l'espérance et font à nouveau résonner le tambour dans un jaillissement général.

 

Victime d'une conduite discutable

Le temps-mort posé par les locaux à 24 partout trahit leur nervosité (45ème). Le spectre d'une deuxième défaite consécutive commence à hanter les esprits ivryens. 31 à 30, double infériorité numérique pour l'US Ivry : le public tenu en haleine commence à entr'apercevoir les contours de ce qui pourrait bien ressembler à un crime presque parfait. Et c'est à partir de l’égalisation à 31 partout que va se jouer un scenario digne d’un film sorti des studios Warner.
En effet, sur une contre-attaque bien menée, Lenny Siam, le demi-centre des Blancs, crucifie le gardien ivryen à bout portant (55ème). Mais ce dernier se jette instantanément au sol en prétextant d'avoir été touché au visage. S'en suit alors un moment de flottement durant lequel l'arbitre, qui officiait malheureusement bien seul dans ce choc du haut de tableau, allait subir la pression de la part d'un public nerveux et d'un entraîneur local fébrile. Suspicion… En infligeant une suspension de deux minutes au faux coupable, sans avoir vraisemblablement vu ce qu'il qu’il sanctionne, l’Homme en noir prend une décision qui peut se révéler lourde de conséquence en cette fin de rencontre indécise. Mais le jeu reprend.

Au retour des bannis, le tableau affiche 32 à 32 et moins d'une minute à jouer. Les joueurs de Daniel Martins ont la dernière possession. Les Grenats peuvent tout perdre ; Les spectateurs retiennent leur souffle ; Les fantômes de Coubertin hantent compulsivement les esprits des fidèles suiveurs priant secrètement pour ne pas revivre la déception de Paris. Il reste 10 secondes à jouer lorsqu’en bout de combinaison, le tir rouge-et-noir est contré par des bras tendus en l’air comme pour implorer le ciel et faire fuir les oiseaux de mauvaise augure. Et le vœu est exhaussé. Par ricochet, le ballon arrive miraculeusement entre les mains d'Ilies Bouguerra qui, dans un éclair de temps, doit choisir entre l'ambition et la raison. L'appel de la victoire est plus fort et sa relance envoie symboliquement Lenny, victime d'une conduite discutable quelques minutes plus tôt, défier à nouveau le portier local. Il ne laissera, cette fois-ci, aucune place à l’équivoque. En propulsant le ballon dans le but ivryen, le numéro 6 du PCTSLM77 scellera définitivement la marque à 32-33.



Au terme d'un match haletant, l’Entente 77 l'emporte sur le parquet d'Ivry, comme la saison dernière, et fait même coup double en s’emparant de la première place du groupe au nez et à la barbe de son meilleur ennemi. Il faudra confirmer cette performance dans deux semaines, sur nos terres, lors de la réception de l'Athletic Cub Boulogne Billancourt. Puissent la peur et le frisson ne pas parcourir cette fois-ci les travées du gymnase Guy Kappes de Lagny-sur-Marne

Matchs

Prochain Match 10/02/2023

Pontault-Combault
BORDEAUX

Dernier Match 21/12/2022

Pontault-Combault 34
BESANCON 26

Classement

# Équipes Pts
1 Blason DIJON DIJON 25
2 Blason SARAN SARAN 24
3 Blason TREMBLAY TREMBLAY 24
4 Blason PONTAULT-COMBAULT PONTAULT-COMBAULT 23
5 Blason FRONTIGNAN FRONTIGNAN 21
6 Blason CAEN CAEN 17
7 Blason BILLIERE BILLIERE 15
8 Blason BORDEAUX BORDEAUX 15
Le reste de l'actualité